Diversité des paysages

Climats, végétations, paysages, traditions, cultures, accents : la Drôme est plurielle.

  • Drôme des collines

C’est la plus secrète. La plus discrète. De l’ancienne province du Dauphiné, la Drôme des collines a hérité une certaine austérité, bien vite nuancée par la rondeur et la douceur de ses paysages. C’est par les vallées de la Galaure et de la Valloire que le voyageur pénètre au cœur de ce territoire paisible et verdoyant.

  • Royans-Vercors

Passés les monts du Matin, les paysages deviennent imposants et les routes se font audacieuses. Le Vercors s’impose, muraille d’à-pic vertigineux et de sommets élancés. Creusée dans le roc, la spectaculaire route de Combe Laval entrouvre une brèche dans la citadelle, terre de Résistance.

  • Plaine de Valence

Immense verger paré de rose et blanc aux premiers jours du printemps, ou champs jaune colza sur fond de contreforts bleus du Vercors à la manière d’une toile de Bernard Cathelin, la plaine valentinoise fait la jonction entre les vallées de l’Isère et du Rhône.

  • Vallée de la Drôme

L’entaille est profonde. Entre Vercors et Provence, la Drôme, l’une des dernières rivières sauvages d’Europe, a sculpté son territoire. De sa source à la Bâtie-des-Fonds jusqu’à sa confluence avec le Rhône, entre Livron et Loriol, elle se faufile dans une vallée qu’elle a modelé, nourrit, fortifié et inspiré.

  • Drôme provençale

Une terre généreuse et parfumée, des couleurs saturées, une lumière pénétrante. Des Baronnies à la vallée du Rhône, la Drôme provençale revendique ses racines et traditions méditerranéennes. Ici, le bleu est forcément lavande, comme ces champs accrochés à la montagne, là où la belle plante est encore sauvage. La Drôme provençale se regarde, se respire, se savoure avec gourmandise.