Expression des groupes - Juin 2018

Majorité départementale : "Ensemble pour la Drôme"

Pourquoi nous disons NON à la limitation de vitesse à 80 km/h sur les axes routiers secondaires
 
Le gouvernement a décidé de réduire la limitation de vitesse de 90 à 80 km/h à compter du 1er juillet 2018 sur 400 000 km de routes du réseau secondaire.
Le Département de la Drôme est particulièrement impacté par cette décision puisqu’elle concerne 4 259 km de routes qu’il entretient et qu’il  exploite. Autant sur la forme que sur le fond, cette nouvelle restriction, imposée unilatéralement aux citoyens que nous représentons, n’est pas acceptable. Elle a été prise dans la précipitation, en l’absence de tout dialogue et de toute concertation. Elle a mis délibérément à l’écart notre Conseil départemental qui est particulièrement en droit d’attendre des résultats clairs et des preuves concrètes puisque la Drôme compte parmi les cinq zones test d’expérimentation en France. Un refus catégorique de communiquer s’est heurté à nos demandes répétées.
Pourtant notre Assemblée, par conviction et par choix, est un acteur essentiel de la lutte pour la sécurité routière. Chaque année, la Drôme investit
50 M€ pour entretenir, exploiter, améliorer et sécuriser son réseau routier. Elle établit également des diagnostics sécurité précis sur tous les axes présentant un enjeu en termes d’accidentologie.
Cette coercition supplémentaire va frapper de manière injuste toute notre ruralité qui n’a souvent que sa voiture pour aller travailler et qui est déjà
excédée par toutes sortes de hausses, notamment celle des carburants. 
Par ailleurs, elle ignore totalement l’expérience de certains de nos voisins européens qui autorisent des vitesses de 90 à 100 km/h et qui enregistrent des résultats bien meilleurs en termes de sécurité routière.
Au regard de ces éléments, notre Assemblée a présenté un voeu demandant au 1er Ministre :
  • de surseoir à signer ce décret de limitation
  • de communiquer les résultats précis et complets des expérimentations déjà menées, notamment en Drôme
  • d’ouvrir une large concertation, en toute transparence avec le Conseil départemental, à la faveur de groupes de pilotage ou de comités de suivi
  • d’engager une expérimentation significative, c’est-à-dire sur des zones tests représentatives de la réalité du réseau routier et sur une période probante de cinq années
  • de déléguer aux Départements la gestion de la vitesse sur le réseau routier qu’ils exploitent et qu’ils sécurisent.
En l’état actuel des choses, tant sur le fond que sur la forme, la Majorité du Département de la Drôme réaffirme son opposition à l’abaissement de la vitesse de 90 à 80 km/h, en particulier sur les routes dont le Conseil départemental est en charge.
 
 
 

Opposition départementale : "La Drôme en mouvement"

Il ne faut pas confondre simple gestion quotidienne et ambition
 
Dans sa tribune du dernier Magazine, la majorité départementale tentait d’expliquer sa prétendue « ambition » pour le département.
Assurer la solidarité, s’occuper des routes et des collèges, financer le monde associatif, promouvoir les savoirs-faire drômois font partie des
missions de base du Département, ce sont des nécessités absolues, et non une ambition. Encore moins quand la majorité diminue régulièrement ces dépenses au cours de ces 3 dernières années, sans réelle justification. Avoir de l’ambition, c’est aller au-delà de la simple gestion, voir plus loin et mettre en oeuvre de grands projets au service des drômois. Nous attendons toujours ceux de la majorité… et pas seulement la continuité de ceux initiés par l’ancienne majorité, comme le déploiement de la fibre optique et la participation au salon de l’agriculture.
Avoir de l’ambition :
  • ce n’est pas juste prendre un voeu pour le pastoralisme, ce serait dégager de réels moyens financiers pour permettre à la filière de répondre à ses difficultés.
  • ce n’est pas juste prendre un voeu sur la maternité de Die, ce serait dégager de réels moyens financiers pour lutter contre la désertification médicale.
  • ce n’est pas seulement regretter que nos infrastructures ferroviaires se dégradent, ce serait prévoir de réelles enveloppes financières pour les moderniser.
Nous vous souhaitons un excellent été en profitant de tous les délices et trésors offerts par notre département. Il y en a pour tous les goûts : amateurs de sport nature, de randonnée ; gastronomes ; passionnés de festivals, de danse, de théâtre, de musique, de littérature.
Merci à tous les acteurs drômois, associatifs, culturels, touristiques, économiques qui nous permettent de partager tous ces beaux moments.
Bel été à toutes et à tous !
 

 

Dans votre agenda