Solidarités

Banque alimentaire : rendez-vous ce week-end

Les 24, 25 et 26 novembre 2023, les bénévoles de la Banque alimentaire appellent à la générosité du public. En Drôme Ardèche, plus de 2000 gilets oranges participent à la collecte nationale dans 200 magasins.

Publié le jeudi 23 novembre 2023 16:16

La Drôme n’échappe pas à la précarité alimentaire qui touche de plus en plus de Français. Le Département apporte depuis de nombreuses années son soutien à différentes associations, pour subvenir aux besoins des plus démunis : Secours populaire, Secours catholique, Les Restos du cœur… Parmi elles, la Banque alimentaire collecte et redistribue des denrées aux associations caritatives : un rôle clé de logisticien, peu visible et souvent méconnu du grand public.

Rencontre avec Jean-Marc Poux, bénévole depuis 12 ans, devenu Président en avril dernier.

L’inflation a engendré une hausse des sollicitations aux banques alimentaires… un constat partagé dans la Drôme ?

Oui, le nombre de bénéficiaires – 16 500 cette année – ne cesse de progresser en Drôme-Ardèche. Femmes seules avec enfants, travailleurs à faibles revenus, bénéficiaires des minimas sociaux… Avec l’inflation, nous avons vu apparaître de nouvelles catégories de demandeurs : étudiants, retraités…

À ce jour, 81 associations sont conventionnées avec vous…

Qu’il s’agisse d’associations caritatives, de Centres Communaux d’Action Sociale (CCAS) ou d’épiceries sociales, nous établissons avec chacun d’entre eux une convention de partenariat qui l’engage dans des domaines comme la gestion des bénéficiaires, le respect du règlement sanitaire, la gestion des denrées, etc… En échange, ils s’approvisionnent dans notre entrepôt de produits secs et frais ainsi que de fruits et légumes.

Les bénévoles sont une contribution essentielle à la démarche de la banque alimentaire…

Essentielle… et même indispensable ! Nous ne pourrions tout simplement pas fonctionner sans les 80 personnes qui se relaient 5 jours sur 7 pour assurer le bon fonctionnement de la structure sur Valence. La plupart sont retraités. Nous lançons d’ailleurs un appel aux volontaires pour conforter l’équipe et apporter un souffle nouveau.

L’association compte également des salariés ?

Six salariés complètent effectivement l’équipe de bénévoles : un gestionnaire de stock, un chef de quai, un magasinier, une secrétaire, une chargée de communication et depuis 2022, une maraîchère.

Quelles sont vos sources de financement ?

Les Banques Alimentaires sont le 1er réseau d’aide alimentaire en France, composé de 79 structures départementales et 31 antennes regroupées au sein d’une fédération. Si cette dernière développe des partenariats avec des donateurs et met au service du réseau des outils communs, chaque Banque Alimentaire est autonome dans sa gestion. En Drôme Ardèche, outre les dons alimentaires des fonds d’aide aux plus démunis, nous bénéficions du soutien du Département de la Drôme – 44 000 € en 2022 -, de l’Ardèche, de la Région Auvergne Rhône-Alpes et de l’État, et nous travaillons au développement du mécénat d’entreprise. Nous avons également des dons ponctuels. Par exemple, chaque année, en décembre, les chasseurs organisent l’opération « les chasseurs ont du cœur » : ils nous donnent du gibier, redistribué aux associations pour organiser des repas de Noël avec leurs bénéficiaires.

L’an dernier a vu la création d’un potager solidaire sur le plateau de Lautagne…

Baptisé « Du sol à l’assiette », ce potager a pour principal objectif d’assurer une production locale de qualité à destination des bénéficiaires de l’aide alimentaire. Ces derniers sont invités à venir jardiner avec la maraichère et nos bénévoles pour rompre leur isolement et apprendre les techniques de la permaculture. Nous disposons d’un terrain de 1600 m2 prêté par la ville de Valence. En parallèle, nous animons également des ateliers cuisine pour apprendre aux bénéficiaires à manger plus équilibré, avec plus de légumes et de fruits.

L’un des temps forts de l’année, c’est la collecte nationale

200 magasins de Drôme Ardèche participent à l’opération et plus de 2 000 bénévoles sont mobilisés.
Cette collecte est indispensable pour compléter les autres apports et offrir aux bénéficiaires des produits diversifiés. En 2022, 147 tonnes de nourriture ont été récoltées, soit l’équivalent de 294 000 repas. Un volume en baisse de 10 % alors que le nombre de bénéficiaires a progressé de 10 %.

Voir aussi