Expression des groupes - janvier 2019

Majorité départementale : "Ensemble pour la Drôme"

Travailler pour et avec les Drômois
 
« Faites-nous confiance au lieu de toujours chercher à pénaliser financièrement la Drôme et les Drômois. » C’est le message que les élus de la Majorité départementale ont adressé à Jacqueline Gourault, ministre de la Cohésion des territoires et des relations avec les collectivités territoriales, lors de sa venue au congrès des maires de la Drôme. Dans une France ouvertement fracturée, le Gouvernement serait bien avisé de s’appuyer sur les collectivités de terrain qui, comme le Département, oeuvrent chaque jour à défendre la proximité, les solidarités avec les territoires et les habitants dans un esprit d’entraide et d’équité.
 
Depuis 2015, la Majorité départementale a fait le choix de garder le cap des investissements en faveur du bien-vivre des Drômois et de l’économie locale. Des réalisations concrètes, qui nous placent au 20e rang des Départements les plus dynamiques pour répondre aux priorités d’aujourd’hui et enjeux de demain :
  • 145 M€ dans les routes et déviations pour la sécurité,
  • 61 M€ dans nos collèges,
  • 25 M€ pour le déploiement de la fibre d’ici 2025, 
  • 48 M€ d’aides directes aux communes.
Nous avons fait le choix d’actions au plus près des besoins et attentes des Drômois, jour après jour : maintien des services dans les territoires pour les usagers, nouveau plan santé pour faciliter l’accueil des jeunes internes, financement de 12 maisons de santé, nouveau plan d’actions pour le logement, nouveau plan d’insertion par l’économie, soutien aux agriculteurs, ouverture de la Maison de l’autonomie… Chef de file des solidarités, le Département accompagne au quotidien les plus fragiles, qu’il s’agisse du retour à un emploi durable pour les allocataires du RSA, de la protection de l’enfance ou de la solidarité auprès des personnes âgées et handicapées.
 
Avec un budget avoisinant les 750 M€, chaque euro investit par le Département soutient l’emploi et l’activité économique locale. Notre gestion budgétaire saine et respectueuse des contribuables drômois se fait, depuis 2015, sans augmentation d’impôts avec l’ambition d’oeuvrer pour tous et de faire rayonner la Drôme.
 
Que 2019 nous donne très vite la joie de nous rencontrer, pour échanger et bâtir ensemble une Drôme toujours plus attractive, innovante et solidaire..
 
 
 

Opposition départementale : "La Drôme en mouvement"

Triste bilan pour la majorité
 
Nous souhaitons à toutes les Drômoises et les Drômois une très belle année 2019 !
 
Nous faisons le voeu que la majorité de droite prenne enfin la mesure de ses responsabilités en comblant l’absence d’une réelle vision d’avenir pour notre département.
 
Dans son bilan de mi-mandat récemment publié, intitulé « tour de Drôme en 19 cantons », quasiment tous les projets présentés sont en fait la simple poursuite de ceux décidés par l’ancienne majorité.
 
Comment ne pas réagir devant ce manque d’innovation et de nouvelles actions pour la Drôme ?
En mars 2019, 4 ans se seront écoulés depuis la mise en place de cette assemblée. On nous avait annoncé un grand « New deal », la construction de 3 nouveaux collèges, un projet de routes vertigineuses dans le Vercors… Mais rien n’avance !
 
Par ailleurs, comment ne pas s’interroger sur l’absence de volonté politique de poursuivre le travail en commun avec nos voisins ardéchois ? Alors que les habitants de nos deux territoires vivent et travaillent indifféremment dans l’un ou l’autre de nos deux départements ? Comment justifier les coupes sombres effectuées dans différents secteurs alors que le département affiche un excédent budgétaire de 41 millions d’Euros ? Chaque majorité fait ses propres choix : celui de la majorité actuelle est claire, c’est celui d’un département à l’arrêt.
 
Le budget 2019 sera voté en février et nous ferons de nouvelles propositions à la majorité, comme nous l’avons déjà fait cette année, en proposant :
  • d’abonder le fonds de l’aide aux communes pour répondre aux demandes exceptionnelles suite aux dégâts d’orages ;
  • de recruter directement des médecins pour lutter contre la désertification médicale ;
  • de financer à nouveau les missions locales et les sorties scolaires des écoles primaires.
 

 

Dans votre agenda