Environnement

Où niche l’hibou ?

Quand les grimpeurs de sites d’escalade font équipe avec les naturalistes afin de préserver la tranquillité des oiseaux rupestres.

Publié le vendredi 19 juin 2020

Le Département de la Drôme encourage le développement maîtrisé des sports de nature, dont l’escalade, activité emblématique du territoire de par la présence de sites de notoriété internationale.

Des falaises très fréquentées donc, qui servent aussi d’habitat à une grande diversité d’oiseaux remarquables : aigle royal, vautour fauve, hibou grand-duc… Une faune rupestre particulièrement sensible aux dérangements, notamment durant la période de reproduction.

 

 

Pour une gestion environnementale exemplaire, le Département, la Fédération française de montagne escalade (FFME) et la Ligue pour la protection des oiseaux (LPO) privilégient la concertation dans l’objectif d’une cohabitation apaisée et respectueuse entre oiseaux nicheurs et grimpeurs.

Grâce aux données recueillies, grimpeurs et partenaires déterminent alors l’usage le moins intrusif pour l’avifaune locale.

En 2019, cette collaboration a été mise en place dans la commune de Teyssières (canton de Dieulefit). Une démarche valorisée au travers des topoguides « Escalade En Drôme ».

 

 

Ce type de gestion concertée existe sur d’autres sites drômois, notamment dans le cadre de la mise en place du Plan départemental des espaces, sites et itinéraires (PDESI) ou de la gestion des Espaces naturels sensibles départementaux (ENS).

Une gestion de même type existe depuis plus d’une dizaine d’années pour la forêt départementale de Saoû.

Voir aussi