Le handicap chez l’enfant

Dépister un handicap le plus tôt possible, c’est limiter son aggravation et les incidences sur la vie de votre enfant.

Dès la grossesse, la Protection Maternelle et Infantile (PMI) suit gratuitement les futures mamans puis les enfants, jusqu’à 6 ans.
En milieu scolaire, des bilans santé des 3-4 ans sont effectués, en présence des parents, avec un dépistage des sens : vue, ouïe, motricité et langage.

Les Centres d’Accompagnement Médico-Social Précoce (CAMSP) interviennent auprès des enfants de moins de 6 ans et dépistent les déficiences motrices, sensorielles ou mentales. Ils proposent un suivi des enfants et un soutien des familles

En savoir plus

Plusieurs structures dans le Département accompagnent l’enfant en situation de handicap.

Les services de soins

  • Les Centres Médico-Psycho-Pédagogiques (CMPP) : pour les moins de 20 ans. Pour détecter et prendre en charge les troubles psychomoteurs, de langage ou du comportement.

En savoir plus

  • Les Centres Médico-Psychologiques (CMP ) : rattachés à un hôpital. Ils proposent une offre de soins pour les personnes en souffrance psychique.

En savoir plus

Les services et établissements médico-sociaux

  • Les Instituts Médico-Éducatifs (IME) : pour les enfants et jeunes présentant une déficience intellectuelle. Ils peuvent être spécialisés selon le degré et le type de handicap pris en charge.

En savoir plus

  • Les Instituts Thérapeutiques Éducatifs et Pédagogiques (ITEP) : pour les enfants et jeunes présentant des troubles de la conduite et du comportement.

En savoir plus

  • Les Etablissements pour Enfants ou Adolescents Polyhandicapés (EEAP) : pour les enfants et jeunes présentant une déficience intellectuelle importante associée à des troubles moteurs et/ou sensoriels.

En savoir plus

  • Les instituts d’éducation sensorielle (handicaps auditifs et visuels)

En savoir plus

  • Les Instituts d’Education Motrice (IEM) pour les enfants présentant un handicap moteur

En savoir plus

  • Les Services d’Education et de Soins Spécialisés à Domicile (SESSAD) apportent un soutien spécialisé aux enfants et jeunes dans l’environnement dans lequel ils évoluent (domicile, école, …).

Ils sont spécialisés en fonction de l’âge et de la déficience des enfants (déficience intellectuelle, troubles envahissants du développement, polyhandicap, déficience auditive ou sensorielle, troubles de la conduite et du comportement …).

En savoir plus

 

Pour bénéficier de l’accompagnement des ces établissements et services, il faut solliciter la Maison Départementale de l’Autonomie et remplir les documents correspondant.

Vous souhaitez déposer votre demande de prestation en ligne ? Cliquez ici

 

Il peut arriver que des personnes ne puissent pas être accueillies dans des établissements, faute de place disponible ou de place adaptée à leurs besoins.

Dans ces cas là, il est possible de solliciter l’aide de la Maison Départementale de l’Autonomie en sollicitant un plan d’accompagnement global (propositions d’attente et de soutien).

Les associations de parents

Pour échanger avec d’autres parents, connaître ses droits et comprendre le handicap, des associations existent.

Lieux de ressources, elles travaillent avec la MDA et peuvent vous aider.

En savoir plus

En milieu ordinaire

  • Les aménagements pédagogiques (PAP, PAI, PPRE…)

Les enseignants doivent mettre en place des aménagements de leurs cours pour répondre aux besoins spécifiques des enfants en situation de handicap.

Quand ces aménagements ne suffisent pas, l’école peut encourager les parents à saisir la MDA pour que différents types d’aides soient mises en place.

 

  • Le Projet Personnalisé de Scolarisation (PPS)

Un élève handicapé peut ainsi poursuivre sa scolarité en milieu ordinaire avec la mise en place d’un Projet Personnalisé de Scolarisation (PPS) qui définit ses besoins spécifiques : matériel pédagogique adapté, accompagnement par un AESH (accompagnant d’élève en situation de handicap), dispense d’une ou plusieurs matières, …

Le PPS établi avec les enseignants suit l’élève durant toute sa scolarité. Il est révisé à chaque changement de cycle.

Lors des examens, des mesures particulières peuvent être proposées : temps supplémentaire, utilisation d’un ordinateur, aide humaine… (ces mesures particulières sont à demander auprès du médecin de l’éducation nationale nommé par la CDAPH).

 

  • Les Unités Locales d’Inclusion Scolaire (ULIS)

A l’école, au collège ou au lycée, les ULIS permettent à l’élève de rester dans son établissement et sa classe. Il rejoint ponctuellement un enseignant spécialisé pour suivre certains cours en petit groupe.

 

  • Les Sections d’Enseignement Général et Professionnel Adapté (SEGPA)

Intégrées dans un collège, elles regroupent un petit groupe d’élèves ne maîtrisant pas les connaissances et attendus en fin de primaire. L’objectif est d’individualiser le parcours de chacun pour les accompagner vers des formations professionnelles.

En milieu spécialisé

Les établissements médico-sociaux qui accueillent des enfants en situation de handicap doivent mettre en place, avec l’éducation nationale, des Unités d’Enseignement (UE).

Des enseignants sont présents au sein de l’établissement pour permettre la scolarisation des enfants accueillis.

Parfois, il est possible que l’unité d’enseignement soit délocalisée dans l’école du quartier ou du village, pour que les enfants porteurs de handicap participent à la vie de l’école et développent des contacts avec les autres enfants.

Le transport des enfants handicapés

Si vous habitez la Drôme, après avis favorable de la MDA et sous conditions, le Département prend en charge le transport scolaire des élèves et étudiants handicapés.

Transport en commun ou assuré par les parents, des prises en charge sont possibles. Renseignements sur les démarches auprès de la Maison Départementale de l’Autonomie.

 

Vous souhaitez déposer votre demande de prestation en ligne ? Cliquez ici

La Carte Mobilité Inclusion (CMI)

La CMI remplace les anciennes cartes d’invalidité, de priorité et la carte européenne de stationnement, mais les conditions d’attributions restent les mêmes.

Elle peut faciliter les déplacements de votre enfant et apporter des avantages (priorité d’accès aux places assises, avantages fiscaux ou commerciaux…).

  • La CMI-I (mention Invalidité)
  • La CMI-P (mention Priorité)
  • La CMI-S (mention Stationnement)

La demande de CMI doit être faite auprès de la Maison Départementale de l’Autonomie.

L’Allocation d’Education de l’Enfant Handicapé et complément (AEEH)

L’AEEH est une aide financière attribuée par la MDA et payée par la Caisse d’Allocation Familiale ou la Mutuelle Sociale Agricole.

Elle compense les frais d’éducation et de soins nécessaires à la vie quotidienne de l’enfant qui rencontrent de grandes difficultés pour marcher, aller à l’école, faire leur toilette…

Dans certains cas, un complément d’allocation peut être attribué. Consultez le site de la CAF ou le site de la MSA.

La Prestation de Compensation du Handicap (PCH) moins de 20 ans

La PCH est une aide financière attribuée par la MDA et payée par le Département. En sont bénéficiaires les enfants rencontrant des difficultés absolues ou très graves dans la vie de tous les jours.

Cette aide financière permet de prendre en charge des dépenses liées au handicap comme une aide à domicile, du matériel spécifique au handicap de l’enfant, des travaux d’aménagement du domicile ou du véhicule.

 

Pour bénéficier des ces aides, vous devez solliciter la Maison Départementale de l’Autonomie et remplir les documents correspondant.

Vous souhaitez déposer votre demande de prestation en ligne ? Cliquez ici

Le Fonds Départemental de Compensation (FDC)

Ce fonds départemental a pour vocation de limiter le reste à charge des personnes en situation de handicap qui doivent faire l’acquisition d’aides techniques (prothèses auditives par exemple), ou réaliser des travaux d’adaptation de leur logement ou de leur véhicule.

Pour en bénéficier, il faut percevoir la PCH et remplir des conditions relatives aux revenus. Renseignements auprès de la MDA.

 

MDA – Drôme Solidarités

04 75 79 70 09, de 9h à 12h30 et de 13h30 à 17h (fermeture le jeudi après-midi)

dromesolidarites@ladrome.fr

Dans la même rubrique